IMG_1821_A_

Porto San Giorgio

Depuis l’antiquité et tout au long du Moyen Âge, Porto San Giorgio était connu sous le nom de Navale Firmanum ou Castrum Firmanorum (selon les témoignages de Pline, Strabon et Velleius Paterculus). On pense que le port de Fermo était situé à l’embouchure de l’Ete, où ont été retrouvés des restes d’amphores à huile et à céréales.

Le Portus Sancti Georgi, anciennement connu sous le nom de Castel San Giorgio, doit sa forme à la fortification de la vallée de Fosso Rivo, commandée à partir du XIe siècle par l’épiscopat de Fermo pour protéger la côte des incursions des pirates et des Sarrasins.

Aujourd’hui, Porto San Giorgio est une ville située sur la bande côtière de la région des Marches, une importante station balnéaire avec une plage de sable, de nombreux hébergements et un port touristique bien équipé. Elle se caractérise par une partie en amont avec le quartier du Castello et la Rocca et, au-delà de la route nationale, par la marina.
La Rocca Tiepolo se distingue puissante et solitaire avec le Mastio, les murs crénelés guelfes, protégés par de grands pins maritimes. A voir : le théâtre historique Vittorio Emanuele du début du XXe siècle, l’église de saint Georges du XIXe siècle, la Villa Bonaparte, construite à la demande du frère de Napoléon, Girolamo Bonaparte, qui séjourna à Porto San Giorgio entre 1829 et 1832, et l’église baroque du Suffrage.

16066

POPULATION

ITALIE

PAYS

8,58 

km²

Porto San Giorgio est une ville située sur la bande côtière de la région des Marches, dont l’économie est basée sur le tourisme balnéaire, les activités touristiques connexes, les activités maritimes et une activité dynamique commerciale et de services. L’activité de pêche, pratiquée autrefois avec la lancetta et avec le baragozzo (d’origine vénitienne à deux mâts), s’est accrue en utilisant la paranza, un bateau agile à voile latine, répandu le long de la côte adriatique.

Le nom de la ville est dédié à Saint Georges : la légende raconte que le Saint est apparu à des marins locaux qui, au milieu d’une tempête, ont réussi à se sauver grâce à son intervention.

Porto San Giorgio borde Fermo sur trois côtés et la mer Adriatique à l’est. En 1985, la « Marina di Porto San Giorgio » et le port de pêche touristique avec 774 amarres ont été inaugurés.

D’un point de vue économique, à partir de la période d’après-guerre, la ville a connu un boom dans les secteurs de l’alimentation et de la construction et du développement de la petite industrie, avec une expansion urbaine conséquente.

Grâce à un accord de collaboration stipulé entre l’Institut central du patrimoine immatériel (ICPI) et la municipalité de Porto San Giorgio, un pôle dédié au patrimoine culturel immatériel de l’Adriatique centrale a été créé, une nouvelle attraction touristique et culturelle pour la ville et pour l’ensemble du territoire régional. L’espace « Cantieri della Civiltà Marinara », à l’intérieur du Palais Trevisani, dans le centre historique de Porto San Giorgio, est divisé en trois sections : le Fortunale, le Porto dei Suoni et l’Onda volubile.

Le premier environnement, le Fortunale, consiste en un « microcinéma », une structure audio et vidéo immersive dans laquelle on a la sensation d’être aspiré par le rugissement de l’effrayant Fortunale, une tempête adriatique du 30 mars 1935 définie par des pêcheurs des Marches avec la métaphore de la « fin du monde ». Le deuxième environnement, le Porto dei Suoni, constitué de plusieurs écrans alignés, vise à représenter le « champ des sons » des milieux marins. Le troisième environnement, l’Onda volubile, est l’installation d’une voile au tiers originale et traditionnelle avec le « vent arrière » et raconte comment les bateaux et leurs voiles ont changé au fil des ans.

Les œuvres d’art vidéo font partie de l’itinéraire international Unwritten structures – Histoires (In)Visibles, et sont dédiées au thème de la mer, de la pêche et de la navigation, et seront également utilisées pour des activités pédagogiques et des rencontres thématiques consacrées aux pratiques et connaissances de la navigation de l’Adriatique centrale.

Dans le cadre de cette importante action de valorisation du patrimoine culturel immatériel s’inscrit également le projet “EChOWAYS – Eco-musei lungo le rotte dei Fenici“, né de la collaboration entre la municipalité de Porto San Giorgio, la Route des Phéniciens et l’Université polytechnique des Marches.