La Route des Phéniciens – Tunisia

La grande expansion coloniale phénicienne a marqué, en particulier, l’histoire de la région qui correspond aujourd’hui à la Tunisie. Ici, en effet, à la fin du IXe siècle avant J.-C., et plus précisément en 814 avant J.-C., Carthage a été fondée par des colons de Tyr, l’une des villes les plus grandes et les plus puissantes de la Phénicie (correspondant au présent Liban). Mais la présence phénicienne dans la Méditerranée occidentale remonte encore plus loin dans le temps, à la fin du II millénaire av. J.-C. : selon les sources, en effet, Utica a été fondée par les colons de Tyr près de 300 ans avant Carthage, en 1101 av. J.-C.

 

Le territoire tunisien conduit à la découverte de nombreux sites puniques situés à la fois sur les côtes et dans l’arrière-pays. Donc, il est possible de parler, dans le cas de la Tunisie, d’une pénétration totale. Parmi les principaux établissements, en plus d’Utica, on peut citer HadrumèteKerkouane dans la région de Cap Bon, Thapsus, Gerba, Maktar, Dougga, Sicca et évidemment Carthage, la reine de la Méditerranée et le grand ennemi de Rome. Aujourd’hui, il reste peu de la ville glorieuse, tête de pont fondamentale de l’expansionnisme phénicien. Les sites archéologiques sont dispersés dans la ville moderne, caractérisé par un bâtiment de prestige. Le résultat est un manque de vue d’ensemble, mais vous ne pouvez pas nier le panorama passionnant de la ville de la colline de Byrsa, où se trouvent le Musée Archéologique et la Cathédrale Saint-Louis.

Le passé tunisien n’est pas seulement carthaginois mais aussi romain (c’était l’une des provinces les plus riches et florissantes de l’Empire Romain), numide, vandale, byzantine et arabe. Un passé de nombreuses facettes qui se croisent, se chevauchent et parfois s’annulent de manière surprenante.

La perle de Tunis est le Palais du Bardo, un ancien bâtiment datant du XVIIe siècle, qui abrite le plus important musée tunisien, probablement l’une des plus grandes collections de l’ensemble du bassin méditerranéen.

El Jem se présente avec son grand amphithéâtre. L’un des édifices romains les mieux conservés en Afrique, véritable gemme architecturale qui embellissait l’ancienne ville de Thysdrus.

Première tête de pont de l’Islam au Maghreb, Kairouan est une ville sainte où vous pouvez respirer une atmosphère de calme, de respect et de foi profonde qui contribue à l’exaltation de la beauté des monuments sacrés, patrimoine de l’humanité. La Grande Mosquée est le catalyseur de regards.

Sbeïtla, l’ancienne Sufetula, est un flash d’histoire romaine qui a échappé à l’érosion du temps: il monte majestueusement d’un vaste plateau à plus de 500 mètres d’altitude. L’Arc d’Antonin permet l’accès au forum, dont la vaste place était complètement entourée d’arcades. Ici, les trois temples de Jupiter, Junon et Minerve attirent l’œil des gens et rendent visible la grandeur de l’ensemble de la plante de la ville.

Toujours Rome. D’autres imposants ruines impériales ont été conservés à Dougga, l’ancienne Thugga romaine. L’un des sites archéologiques les plus intéressants et les mieux conservés dans toute la région méditerranéenne.