La Route des Phéniciens – Grèce

Dans la lutte qui oppose l’Egypte expansionniste aux principes syriens et mésopotamiens, à partir du XVI siècle avant J.C., et puis aux Hittites, les villes côtières phéniciennes bénéficient d’une paix relative, consolidée par le résultat positif de la bataille de Qadesh, restant sous la protection du Pharaon. Cette situation génère un équilibre qui est cependant subverti vers 1180 av. J.-C., en raison de l’invasion des soi-disant « peuples de la mer », selon la définition donnée dans les textes égyptiens. Ils sont les protagonistes d’un grand flot migratoire qui frappe sur les rives de Canaan et d’Égypte, un mélange de différentes personnes qui, avec leurs invasions, balayent la civilisation mycénienne des rives de la mer Égée et chassent les survivants vers le sud. La célèbre Guerre de Troie, chantée par Homère, se situe à peu près à la même époque. D’innombrables recherches archéologiques faites à Troie et les textes historiques qui attestent que la ville est disputée par les Grecs de l’Europe et les grecs d’Asie car elle dominait l’entrée des détroits qui ont donné accès aux régions les plus riches de la Mer Noire. La destruction de la civilisation mycénienne a conduit à l’arrête de la navigation et du commerce grec dans la Méditerranée. Le vide formé a donc poussé les Phéniciens à ajouter à leurs routes commerciales vers l’Egypte, celles de la Égée et de la Grèce. Au Moyen-Orient, les Phéniciens étaient très bien intégrés dans les différentes nations ; en fait, ils établissent des quartiers exclusivement commerciaux ; cependant, dans le cas de la Grèce, ils sont situés dans des enclaves avec un petit arrière-pays, accueillant des éléments indigènes comme témoigne Homer, qui mentionne des établissements commerciaux fondés par des marchands phéniciens. Les premières traces de présence phénicienne sont conservées en Crète, Eubée, les îles du Dodécanèse et à Thèbes. Dans l’époque hellénistique, ils s’installent à Delo, à Athènes et, surtout, en Thessalie, de vraies colonies de marchands phéniciens.