La Route des Phéniciens – France

La partie sud de la France et les alentours de la ville actuelle de Marseille sont intéressantes autour du 8ème au 7ème siècle av. J.-C. par des visites d’exploration à des fins commerciales faites par les Phéniciens à la recherche de métaux précieux, d’étangs et d’autres matières premières. Les Phéniciens, après la fondation de Carthage en 814 av. J.-C., cherchent à étendre leur sphère d’influence, en direction des côtes occidentales de la Sardaigne, vers les îles Baléares et le Golfe de Lyon. Certes, ils fréquentent la côte sud de la Provence, on parle d’une ville mythique appelée Eraclea, identifiée dans la région d’Espeyran entre les lagunes de la Petite Camargue (Saint-Gilles du Gard). Dans une tentative de conquérir des nouveaux territoires et des escaliers commerciaux, ils rivalisent avec les Grecs qui, après avoir conquis Magna Grecia depuis le 12ème siècle av. J.-C., cherchent à développer le pouvoir commercial dans la mer Tyrrhénienne. Les auteurs grecs et latins racontent l’action militaire, les tentatives de conquête et de camaraderie entre les Phéniciens et les Etrusques contre l’expansionnisme grec. Le résultat de cette alliance est cependant désastreux, en fait, une source historique rapporte qu’en 600 av. J.-C. La ville de Marseille est fondée par les habitants de Focea, la ville grecque d’Asie Mineure (encore aujourd’hui en français est surnommée « cité phocéenne« ). De cette façon, les Grecs s’assurent les routes commerciales de Catalogne et du sud de la France, obligeant les Phéniciens à suivre d’autres itinéraires et à créer de nouveaux emporiums le long des côtes atlantiques d’Europe.